15.07.2020

DEINOVE (Euronext Growth Paris : ALDEI), société de biotechnologie française qui s’appuie sur sa plateforme technologique de pointe pour développer des médicaments anti-infectieux innovants, communique sur la poursuite de l’essai clinique de Phase II de son candidat-antibiotique DNV3837 aux Etats-Unis, dans un contexte où les hôpitaux continuent de combattre la pandémie de COVID-19. La Société remercie les cliniciens pour leur engagement dans cet essai alors qu’ils affrontent une crise sanitaire sans précédent.

DNV3837 cible le traitement des Infections gastrointestinales à Clostridioides difficile (ICD), un pathogène décrit comme une menace urgente par les Centres américains pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC, Centers for Disease Control and Prevention). Un essai clinique de Phase II, lancé début 2020 aux États-Unis, évalue l’efficacité de DNV3837 dans un contexte pathologique, après des données de Phase I prometteuses. A ce jour, DEINOVE est la seule société de biotechnologie française qui possède une petite molécule antibiotique en développement clinique.

Cet essai se poursuit aux États-Unis malgré l’épidémie de COVID-19. Plusieurs des centres investigateurs ont maintenu leurs activités de recherche clinique et continuent à cribler et inclure des patients. L’équipe scientifique de DEINOVE et la CRO Medpace suivent la situation avec attention.

« Nous sommes reconnaissants envers les cliniciens de faire leur possible pour que l’essai clinique se déroule dans des conditions satisfaisantes. Nous sommes entourés d’une équipe consciente de l’enjeu thérapeutique et du potentiel de notre solution en développement, et les en remercions. Dans les conditions sanitaires actuelles aux États-Unis où les hôpitaux sont engorgés, nous aurions pu craindre une suspension de l’essai. » déclare le Dr Yannick Plétan, Directeur médical en charge de l’essai clinique. « A l’inverse, l’épidémie de COVID-19 - qui touche majoritairement les personnes âgées - et les traitements antibiotiques lourds administrés pour lutter contre de possibles co-infections bactériennes, sont des facteurs propices au développement d’infections à Clostridioides difficile sévères que cible DNV3837. Nous nous inquiétons toutefois d’un usage irraisonné d’antibiotiques qui aurait des conséquences à terme sur la santé publique. »

Le 1er juin dernier, l’OMS a alerté sur l’accélération du phénomène d’antibiorésistance, qui pourrait être renforcé par la crise sanitaire actuelle. "La pandémie de COVID-19 a conduit à une augmentation de l'usage d'antibiotiques, ce qui conduira à terme à une plus haute résistance aux antibiotiques, qui aura un impact sur le traitement des maladies et le nombre de décès, pendant la pandémie et au-delà", s'est inquiété Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS*. Pour ce dernier, la menace de la résistance aux antibiotiques est "un des défis les plus urgents de notre époque". Le Directeur général de l'OMS a également rappelé que seule une faible proportion des cas de Coronavirus nécessitait la prise d'antibiotiques pour traiter des infections bactériennes secondaires.

 

https://www.who.int/dg/speeches/detail/who-director-general-s-opening-remarks-at-the-media-briefing-on-COVID-19---01-june-2020